Les résidences d'artistes

OCTOBRE et NOVEMBRE 2017

Cécile Fraysse / Compagnie AMK

Prochaine création : CACTUS

Accueillie la saison passée au Colombier, avec les spectacle Gingko Parrot et Paradeïsos, Cécile Fraysse propose cette saison une série d’ateliers pour les enfants à partir de 3 ans articulés autour de la création de son nouveau spectacle Cactus. Cette prochaine création invitera les enfants à une plongée sensorielle dans les champs du dessin et de la peinture créés en direct, de la musique improvisée, autour de l’histoire d’un petit loup et d’une petite louve plongés au milieu d’une forêt de cactus.

Attentive aux modes d’expression des enfants à différents âges, Cécile Fraysse travaille beaucoup à partir d’enregistrements vocaux afin de capter au mieux l’expression et les modes de communication des enfants, comme dans le spectacle Paradeïsos, présenté au Colombier en 2016. Pour travailler à sa prochaine création, Cécile Fraysse propose deux temps d’ateliers avec les enfants : 1 - Peinture en direct sur bâche et tests de dispositifs, 2 - Les « Goûters Philo », ateliers et rencontres avec des enfants.

Thissa d'Avila Bensalah
LUNDI 30  OCTOBRE 2017 AU DIMANCHE 5 NOVEMBRE 2017

Thissa d’Avila Bensalah / Compagnie De(s)amorce(s)

Prochaine création : Pourquoi je n’ai pas porté plainte

Le point de départ de cette prochaine création qui s’intitulera Pourquoi je n’ai pas porté plainte, est une lettre fictive qui sera adressée à Idir jeune homme rencontré lors d’un atelier mené par Thissa d’Avila Bensalah dans son lycée. Cette lettre prend la forme d’un concert-poème, une amorce de dialogue entre lui et la metteure en scène. Idir a été l’un des derniers élèves que Thissa d’Avila Bensalah a rencontré en dix ans de travail auprès de jeunes éloignés de l’esthétique des scènes de théâtre, comme des outils d’une éventuelle émancipation sensible et politique. Idir signifie « vivant » en langue Tamazight. Le dernier, car Mais Idir n’est pas seulement vivant, il est le survivant d’un système patriarcal que la metteure en scène et son équipe essayeront de comprendre, en musique. Ce premier temps de résidence leur permettra de commencer à accorder les instruments de musique au texte fraîchement écrit, de tenter d’y déposer des images, d'accorder leurs violons pour un début d’écriture scénique. Pour transformer leur « expérience-bourrasque » en rhapsodie.

SAMEDI 17 FEVRIER AU SAMEDI 3 MARS 2018

Vlad Chirita / Compagnie 4.0

Prochaine création : RIEN mais là j’ai envie de mourir

RIEN Mais là j'ai envie de mourir est une écriture de plateau inspirée de faits réels, qui raconte la relation intime qui unit une mère et sa fille dans un contexte de guerre. Conçue comme une partition pour une comédienne et six danseurs, la pièce pose la question de l'identité des enfants élevés en temps de guerre, ainsi que la façon dont ils perçoivent les actes de leurs parents.

Au cours de cette résidence au Colombier, Vlad Chirita et son équipe se concentreront d’abord sur la dimension chorégraphique du projet. Il s’agira d’entreprendre une recherche autour des rituels associés à la guerre dans différents pays et différents temps historiques. Ils veulent parvenir à évoquer une réalité commune à tous les conflits de l'humanité à travers des mouvements abstraits. Dans un second temps, le travail portera plus précisément sur les connexions et ruptures entre ces mouvements et les mots de la comédienne.

LUNDI 2 JUILLET AU SAMEDI 14 JUILLET 2018

Ahmed Madani /Madani Compagnie

Prochaine création : J’ai rencontré Dieu sur Facebook

Dans sa prochaine création, intitulée J’ai rencontré Dieu sur Facebook et qui fut écrite à la suite des attentats qui frappèrent Paris en janvier 2015, Ahmed Madani souhaite prendre de front la question de l’embrigadement des jeunes femmes dans le fanatisme religieux. Avec deux comédiennes et un comédien, Ahmed Madani sera au Colombier en juillet 2018 pour débuter le travail au plateau de son texte qui met en scène une mère et une fille prises dans les tourments d’une forte crise identitaire trans-générationnelle et du risque d’un embrigadement idéologique par les manipulations, les apparences et les faux-semblants.

Avec sa compagnie implantée à Limay, Ahmed Madani interroge l’histoire contemporaine d’un monde en pleine mutation. Son œuvre dramatique et scénique est empreinte des questions sociétales et politiques les plus prégnantes de notre temps. Ses derniers spectacles, F(L)ammes présenté en décembre 2016 au Collectif 12 de Mantes-la-Jolie ou encore Illumination(S), créé en 2012 avec des jeunes hommes du Val-Fourré, ont sensiblement marqué les esprits.